Cela va bientôt faire 20 ans que Midzou nous a quitté, et en préparant cette page , mon coeur est gros et les larmes sont au bord des yeux, comme quoi le temps n'efface rien.

Midzou est toute ma petite enfance, mon adolescence et ma vie de jeune fille, 19 ans de ma vie c'est beaucoup et c'est si peu.

J'avais à peine 7 ans lorsqu'il est arrivé chez nous, lui avait à peine une semaine ses yeux étaient encore fermés. J'habitais la région parisienne et dans le local à poubelles, comme dans beaucoup de cité, il y avait des chats, des chattes et leurs petits. La maman de Midzou était une belle chatte noire et nous étions quelques uns à lui donner à manger, nous savions qu'elle venait d'avoir deux petits pour les avoir aperçus. Malheureusement cette pauvre chatte s'est fait renversée sur le parking et voilà les deux bébés orphelins.

N'écoutant que son coeur d'enfant, mon frère a demandé que l'on puisse adopter un des chatons, l'autre une petite femelle devait être accueillie dans une autre famille du quartier. La première réponse a été non, pas de chat en appartement, mais c'était sans compter les larmes et la tristesse de mon frère, et ma mère n'a pu que céder devant un tel chagrin bien réel.
Midzou aveugle, sans allure a donc fait son entrée chez nous, biberon bouillie et beaucoup de temps passé à le soigner, par maman bien évidement ! les yeux se sont ouverts, il a commencé à manger tout seul sa bouillie couché dans l'assiette, petite boule noire, petite chose qui m'intriguait et auquel on m'avait conseillé de ne pas manipuler car cette chose était fragile et n'était pas un jouet. Je le regardais lui qui prenait l'attention de tout le monde, moi la p'tite dernière qui n'avait pas le droit de le prendre dans mes bras toute seule, et lui déjà très Pacha ronronnant a qui mieux mieux se pavanant tel un seigneur.

Sans avoir le temps d'en profiter Midzou a grandit, et est devenu le Maître des lieux, il me considérait comme un compagnon de jeu a qui on fait des farces et non comme sa petite maîtresse, nous passions du jeu commun à l'affrontement, la bouderie, l'ignorance la plus totale, quand j'y repense je crois que Midzou me considérait comme une soeur et non comme un humain !!!!
Il a remplacé mes nounours dans le landau, il adorait faire le tour de l'appartement confortablement installé, nous avons joué des heures. Puis dans le même jour devenions des ennemis, il m'attendais au coin des portes et me sautait sur les jambes en poussant des cris terrifiants , me crachant dessus, grognant et me toisant de ses grands yeux noirs.

Il piquait "des crises" grimpait sur la table renversait tout ce qui il y avait dessus et décampait à grande vitesse, me laissant seule dans la pièce et prenant les remontrances de maman qui me disait qu'un seul petit chat ne pouvait faire autant de casse !!!!!

Puis calmé, je le retrouvais sur le lit de ma soeur, faisant sa toilette comme si de rien n'était, me faisant les yeux doux. Je m'accroupissait à sa hauteur et observait se nettoyage minutieux, la souplesse avec laquelle il passait sa tête sous sa patte arrière, il faisait son yoga ! Il s'endormait sur le dessus de lit rose, et je trouvais l'ensemble tellement beau.

Le soir venu, il se cachait sous les lits et je ne voyais que ses yeux qui me faisait peur, et j'appelais ma mère pour lui demander de le faire cesser de m'observer ainsi et de sortir de sous le lit, j'entends encore ma mère rire en essayant de sortir Midzou qui lui était bien décidé à continuer de me faire peur. Sacré toi !

Il a fallu bon nombre d'années pour que son attitude à mon égard change, je devais avoir environ 15 ou 16 ans lorsque Midzou a cessé de me considérer comme une partenaire de jeux et que les câlins ont vraiment commencés.


Il est beau n'est ce pas ? Cette photo a été prise à la campagne et Midzou était attaché car il se sauvait et lorsque nous voulions le récupérer il se mettait sur le dos toutes griffes dehors et se débattait pour nous échapper. Un sacré caractère le Midzou.

J'atteignais mes 19 ans lorsqu'un dimanche soir Midzou restait introuvable au moment ou nous devions quitter notre campagne idyllique et retourner dans les embouteillage et les cages à lapin ! Comme je l'ai compris, depuis longtemps j'aurai moi aussi voulu me faire oublier au moment du départ, rester à la campagne, ce jour là Midzou est resté introuvable malgré nos recherches et nos appels, mais il fallait partir, nous faisions tous une tête affreuse, le noeud dans l'estomac, les larmes aux yeux. Maman visita tous les voisins en leur laissant la consigne de nous appeler, indiquant l'endroit où elle laissait la clé de la maison et la nourriture pour le fugueur, elle téléphona à ma tante qui n'habitait pas trop loin et qui promis d'arriver aussitôt pour prendre la relève aux recherches et appels.

Midzou a réapparu environ 1/2 heure après notre départ, dommage qu'a l'époque les portables n'existaient pas sinon nous aurions fait demi-tour. Trois jours passaient,
et nous avions des nouvelles de Midzou par une voisine qui le nourrissait à la maison.
Le matin du quatrième jour nous avons reçu un appel de notre voisine paniquée qui
avait trouvé Midzou au bout d'un long moment , caché dans une armoire, les yeux noirs et l'air malade. N'écoutant que mon coeur, je me proposais de parcourir les 180 km pour aller vérifier par moi-même dans quel état se trouvait Midzou, je venais tout juste d'avoir mon permis et n'avait jamais conduit aussi longtemps et surtout seule. Malgré la réticence de ma mère je fis mon sac et partie sur mon cheval blanc (bleu, une R12 qui avait déjà vécu)

Tout au long de la route mon coeur battait très fort j'avais peur de ce que j'allais trouvé.
Je déboulais dans la maison telle une furie, et appelait mon chat, que je retrouvais dans l'armoire, le poil gras, la mine triste les yeux sombres. Je le sortais en lui parlant tout doucement et au fur et à mesure je voyais mon Midzou se redresser, les yeux s'éclaircir, j'ouvrais une boite de sardine (la voisine nous ayant précisé que les assiettes restaient telles qu'elle les mettait.) à même la table je lui donnais une de ces pauvres petites bêtes et sans hésitation il se mit à manger tout en ronronnant. Midzou s'était il persuadé que nous l'avions abandonné et que nous l'aimions plus ? Je le crois bien, toute cette journée et pour la première fois depuis son arrivée chez nous 12 auparavant, je suis restée en tête à tête avec Midzou, l'ayant que pour moi, nous faisant des câlins, jouant et nous promenant dans le jardin, cette journée a été à moi pour lui, à lui pour moi.


Photo prise à la campagne, Midzou 15 ans environ Poupette son amie et ma Pom son premier été avec moi. C'est environ à cette âge qu'il avait le droit de se balader partout en toute liberté.


7 ans après cette journée, un appel de ma maman m'apprenait que Midzou nous avait quitté dans la nuit, suite à quelques jours de maladie, nous nous attendions à son départ mais aucun membre de la famille ne l'a accepté, Midzou était notre enfance et notre insouciance, Midzou était notre frère chat celui qui a entendu les secrets de chacun, qui a apporté à chacun un amour différent, celui qui tous les soirs s'installait face à nous et regardait chacun des membres de sa famille en clignant des yeux. Midzou a été notre premier chat, pendant 19 ans il nous a fait vivre toutes sortes d'aventures, je pourrai vous en compter bon nombre, mais je vois que déjà j'ai écrit un long texte et je vous remercie de votre patience et d'avoir lu l'hommage à mon chat, mon frère chat, mon ami.

Nous avons tous dans notre coeur d'enfant un Midzou qui nous a éduqué et fait aimer les animaux. Le mien est très présent, si de votre côté vous ne le trouvez pas cherchez bien souvenez vous .... vous avez forcément croisé un petit animal qui vous a donné tout l'amour qu'il portait, cherchez vous le trouverez et en son souvenir, pour le remercier aimez chaque animal qu vous croisez. Merci.

Si vous voulez réagir, ou tout simplement laisser un message cliquez-sur le bouton ci-dessous :


Le temps a passé, et sur les 10 chats que j'ai 5 sont noirs, je me suis vite rendue compte que c'est eux
souvent, qui restaient non adoptés dans portées, voilà pourquoi par deux fois j'ai eu le frère et la soeur,
je ne sais si c'est Midzou qui m'a appris à ne pas faire de différence, mais je vous assure qu'un chat noir
donne autant d'amour qu'un d'une jolie couleur, cliquez sur le lien ci-dessous et vous découvrirez l'univers
du chat noir, Mascotte vous guidera ...