Oscar

 

Un jour de mai en rentrant chez moi, j'ai trouvé Oscar bébé corneille, sur une route nationale il était sur le bas côté à chaque passage de voiture, de loin je voyais une chose noire reculer, en passant j'ai vu un petit oiseau , je me suis arrêtée, j'ai réussi à l'attraper, il était apeuré et faible, de l'autre côté de la route j'ai aperçu ce qui me semblait être son frère ou sa soeur, écrasé. Les parents me criait dessus du haut des branches de l'arbre, mais pour eux il était impossible de venir le nourrir. J'ai fait le choix de le prendre.

Les deux premiers jours, nous avons eu très peur, il était vraiment très faible, mais à force de le lui donner à manger avec de la nourriture pour chat Oscar est devenu un bien joli bébé corneille plein de malice. Il m'a fait rire, mais rire !

Lorsqu'il voulait un oeuf il tapait sur le frigo, quand les chiens mangeaient il allait leur voler leur repas et enfonçait tout dans la terre, dehors ou dans les bacs de plantes vertes ! Il venait me "parler" au creux de l'oreille, savez-vous qu'une corneille a, quand elle est petite, un palais ou langue à l'étage !!! qui pivote ce qui est très pratique pour lui mettre la nourriture dessus, cette langue mobile va d'avant en arrière, et lorsqu'il peut se nourrir seul il l'a perd ! j'aurai aimé vous trouvé un site qui explique cela mieux mais impossible, si jamais vous trouvé surtout pensez à moi je rajouterai le lien.

Bref, Oscar a grandi, il passait son temps à faire des blagues à tout le monde, chat, chien, poules pigeons, il adorait atterrir au milieu de nos pigeons et les regardait tous s'envoler de peur ! Puis est venu le temps où il a commencé à s'intéresser aux corneilles qui vivaient près de de chez nous, là aussi il allait les déranger, les chahuter, lui avait le ventre bien plein alors il ne comprenait pas ce qu'ils faisaient à taper le sol de leur bec, de temps en temps des adultes le chassaient plus loin, mais peine perdue il en fallait plus pour effrayer notre lascar ! Petit à petit il se nourrissait un peu avec eux, mais revenait vite à la maison prendre de grand repas et son jaune d'oeuf, il rentrait dormir, et je peux vous dire que c'était très drôle de le voir, marchant vers sa cage, descendant une à une les marches et rentrant dans sa petite chambre pour y passer la nuit, la porte grande ouverte ! Il n'en ressortait que lorsque nous étions debout, et venait déjeuner tranquillement.

Un jour j'ai failli l'écraser, j'ai eu très peur, je remontais le chemin qui menait à notre maison, en voiture, quand j'ai vu une masse noire taper mon pare-brise, je me suis arrêtée tremblante, j'avais peur de ce que j'allais trouver, mon Oscar, il était dans le fossé, un peu abasourdi hagard, j'en ris encore, rangeant ses plumes en râlant, quand j'ai dit son nom il est vite venu sur mon épaule en me racontant sa mésaventure, ses petits cris de tous les tons me faisaient bien comprendre la peur que lui aussi avait eu ! Nous sommes rentrés tous les deux à la maison et ce soir là il a été très calme, depuis ce jour jamais je ne l'ai vu s'approcher de la voiture, il se perchait très haut et me suivait des yeux ! Puis il a commencé à ne plus rentrer le soir, à ne vouloir que son oeuf, et un beau matin je l'ai vu accompagné d'une corneille bien plus grosse que lui et j'ai compris qu'en fait Oscar aurait du s'appeler Osacrine !!!!
La photo ci-dessous est le jour où il est partit un dernier aurevoir ? et bien non, ce jour d'octobre n'était pas son départ définitif, car nous avons eu la belle surprise au printemps suivant de voir notre Oscar, avec son Monsieur et ses Trois enfants, et oui j'étais "grand-mère !!! Deux des bouts de chou avaient l'air d'être débrouillards, le troisième plus chétif demandait plus d'attention de la part de mon Oscar, et tous les jours il l'emmenait chez les poules afin de lui montrer comment se nourrir.

Les mois et les années ont passé et Oscar a pris définitivement sa vie de corneille en main, nous pensions l'apercevoir quelques fois car c'était le seul à rester sur les branches des arbres lorsque nous passions, le seul à me répondre lorsque je l'appelais.
Puis nous avons déménagé, et là le cordon s'est définitivement coupé, mais Oscar reste un souvenir inoubliable, tant il m'a donné, jamais je n'aurai pensé qu'une corneille faisait des câlins, était si drôle et si intelligente. Oscar est et restera dans mon coeur, les corneilles vivent vieilles, et quelques fois je me dis que peut être elle vit encore avec son Monsieur, car la corneille comme le corbeau n'a qu'un partenaire pour toute la vie.